Irlande du Nord : Le guide ultime pour un road trip épique le long des côtes

L’Irlande du Nord, terre de légendes, de falaises majestueuses, de sites épiques et d’une histoire aussi riche que compliquée. Tant d’éléments qui font de l’Irlande du Nord un lieu idéal pour un road trip épique !

De Belfast à Derry-Londonderry, en passant par la Chaussée des Géants, je vous emmène pour une semaine de road trip en Irlande du Nord. C’est parti !

Jour 1 en Irlande du Nord : De Dublin à Belfast

Après une nuit mouvementée passée aux urgences de Zürich pour une allergie et un vol d’un peu moins de 3h, me voici à l’aéroport de Dublin. Dublin n’est qu’une étape de transition, je n’y fais que récupérer la voiture de location avant de prendre la route pour ma première destination du séjour : Belfast.

Linen Mill Studios: Game of Thrones Studio

Sur ma route, à moins d’une heure de Belfast, se trouvent les studios Linen Mill. Ce nom vous dit quelque chose ? C’est fort possible car c’est entre ces murs que se trouvent les Studios de la série à succès Game of Thrones.

Bien que je n’aie jamais regardé la série (shame on me j’avoue !), j’ai passé un très bon moment à travers les studios. Durant toute la visite, on se retrouve plongé dans les coulisses et l’univers Game of Thrones.

Durant environ deux heures, c’est au cœur King’s Landing ou encore de Winterfell que l’on se balade. On y découvre les costumes des différents personnages, les accessoires utilisés sur le set mais aussi les croquis puis les maquettes des décors. On en apprend plus sur la manière d’une une série est produite grâce aux différentes étapes présentées. Certains effets spéciaux sont également expliqués. 

Si vous regardez la série, mieux vaut la regarder en entier afin de ne pas être spoilé durant la visite. Et si tout comme moi, vous ne l’avez jamais regardée. Vous apprécierez la beauté des costumes et les techniques de production.

Informations : Tarif adulte : £29.63 – £39.50 (Photos souvenirs sur le Trône de Fer inclues). Un parking est à disposition. Sur place on retrouve également un café ainsi qu’une boutique avec un large choix de merchandising.

En route pour Belfast

La visite terminée, je reprends le volant de la voiture, tout en devant réfléchir à m’asseoir du bon côté. Car oui, en Irlande du Nord on roule à gauche !

En 45 minutes, me voici au cœur de Belfast. Je confie la voiture au personnel de l’hôtel et je prends mes quartiers au Grand Central Hotel.

Jour 2 : À la découverte de Belfast et son histoire

Cette deuxième journée est entièrement consacrée à la découverte de Belfast, de son histoire. Belfast, la capitale de l’Irlande du Nord, a connu une grande transformation au cours des dernières décennies. 

Un passé industriel

Au cœur de la révolution industrielle, Belfast était l’épicentre mondial des industries du lin, du tabac, de la fabrication de cordages et de la construction navale (nous reparlerons de ce dernier un peu plus loin). La ville a su se reconstruire, se réinventer. C’est une capitale dynamique qui regorge de secrets cachés et de quartiers émergents : Gaeltacht Quarter, Linen Quarter, Queen’s Quarter, Cathedral Quarter.

Visiter la ville en Black Cab

Afin d’avoir un bon aperçu de la ville afin de mieux se repérer par la suite et de mieux appréhender l’histoire particulière des lieux, je vous recommande un Belfast Black Cab Tour.

Et oui, c’est à bord d’un taxi noir, à l’anglaise, que j’ai commencé à m’imprégner le l’atmosphère de la ville.

C’est Billy Scott, un irlandais passionné et passionnant, qui me conduit d’un point à l’autre de la ville. Me contant histoires et anecdote de son accent si particulier aux irlandais. Il m’a fallu quelques minutes d’adaptation, mais cela rajoute encore plus de charme à la visite. Attention tout de même à ne pas croire Billy sur parole. Il aime bien rajouter sa petite touche et des légendes.

Plus d’infos: Belfast Black Cab Tour

Peace Wall

Durant mes pérégrinations en Black Cab, j’effectue un arrêt devant le Peace Wall (mur de la paix) dont Billy me raconte la triste histoire. Ce mur sépare le quartier catholique de Falls Road et celui protestant de Skankill Road. Entre 1968 et 1998, des troubles divisent la ville et les irlandais. Ce mur est alors construit afin de protéger les deux communautés qui s’affrontent.

Le Peace Wall mesure 8 mètres de haut et s’étend sur pas moins de 3 kilomètres. Toujours debout, il est là pour rappeler l’histoire passée et ne plus commettre les mêmes erreurs. Le mur est recouvert de graffitis et de messages de paix, d’inclusion et de tolérance.

Le street art a cette vocation de revendication et d’expression sur des thèmes souvent difficiles à aborder tels que la religion, les politiques ou les problèmes sociaux. Grâce à des illustrations, des couleurs, des collages, les messages se font entendre. On en trouve un petit peu partout à Belfast et plus généralement dans les villes d’Irlande du Nord.

Titanic Belfast

Harland & Wolff

Comme je vous l’ai déjà raconté un petit peu plus haut, Belfast était au début du XXe siècle au sommet de la construction navale. C’est d’ailleurs ici que le Titanic a été construit entre 1909 et 1912 par Harland & Wolff, dont la gigantesque grue jaune trône encore. Cette grue arborant les initiales H&W est en effet devenu l’un des symboles de la ville.

C’est sur les anciens chantiers navals qu’a pris place le musée Titanic Belfast. Inauguré le 31 mars 2012, pour les cent ans du naufrage, le musée propose une visite immersive. Cette dernière retrace aussi bien l’histoire de l’industrie navale de Belfast que la construction du célèbre paquebot, puis les travaux de recherche dans l’Atlantique.

Le bâtiment extérieur vaut à lui seul une visite. Une forme emblématique, évoquant les proues de navire. Les proues sont à l’échelle de celle du paquebot naufragé le 15 avril 1912. Chacune rend hommage à l’un de paquebot construit par Harland & Wolff : Le Titanic, L’Olympic, le Britannic et l’Oceanic.

Tour à tour lors de la visite, l’on se retrouve dans la peau de l’un des ouvriers du chantier titanesque, puis des passagers et de l’équipage. On revit la vie du bateau, de sa conception à son naufrage.

Tarif adulte : £21.50 (entrée du musée + visite du SS Nomadic). Un parking est à disposition sur place. 

Plus d’infos: Titanic Belfast

À bord du SS Nomadic

C’est également à Harland & Wolff que l’on doit la construction du SS Nomadic en 1911. Ce bateau était un tender, qui transférait les passagers du port au paquebot. Ces géants des mers étaient bien souvent trop grands pour entrer dans les ports.

Le SS Nomadic est le bateau qui conduit les passagers du port de Cherbourg au Titanic. Aujourd’hui complétement restauré, le SS Nomadic a pris place au côté du Titanic Belfast. Il est possible de se procurer un ticket afin de monter à son bord et de découvrir l’intérieur des différentes classes ainsi que l’histoire de certains passagers.

Le Titanic Hotel

Situé en face du musée Titanic Belfast, le Titanic Hotel est construit dans les anciens bureaux d’Harland & Wolff. Grâce à un tour historique, vous pourrez découvrir l’intérieur de ce magnifique bâtiment. Dont notamment les salles où les plans du Titanic furent dessinés, mais aussi la salle où le téléphone a sonné, la nuit du 31 mars, annonçant la collision avec l’iceberg. Un lieu chargé d’histoires.

Voici une photo d’archive aperçue lors de la visite du Titanic Museum. Est-ce que vous reconnaissez l’une des pièces du Titanic Hotel qui figure dans les photos ci-dessus ?

C’est l’actuel restaurant / bar de l’hôtel. Sur la photo ci-contre, l’on y voit les employés de H&W en train de travailler sur les plans d’un futur paquebot.

Jour 3 : De Belfast à Bushmills le long de la Causeway Coastal Route

En ce troisième jour de voyage, c’est le véritable road trip qui commence.

Pendant deux jours, je vais arpenter la Causeway Coastal Route. Une route côtière qui flirte continuellement avec l’océan et les falaises. Une route qui serpente entre le bleu profond des eaux et le vert étincelant des prairies irlandaises. La Causeway Coastal Route c’est LA route des amoureux de road trip. Elle vous fait vous arrêter toutes les 10 minutes, vous coupe le souffle, vous fait rêver.

Je vais côtoyer les plus belles falaises de basalte, de magnifiques plages de sable blanc, traverser des villages tous droits sortis de romans anglo-saxons ou du film The Holiday.

Prenez votre temps, arrêter vous encore et encore pour faire briller vos pupilles et remplir vos poumons d’air salé. Je vous fais découvrir sans tarder les escales qui ont ponctués ma conduite.

Carrickfergus Castle

À peine partie de Belfast, j’effectue déjà mon premier arrêt à côté d’un imposant château : Le Château de Carrickfergus. Construit en 1177 dans un style normand, c’est imposant bâtiment a été modifié au fil des siècles et a connu plusieurs vies. Il a notamment été utilisé comme résidence royale, forteresse ou encore de prison.

Ballygally et le Ballygally Castle Hotel: Doors of Thrones 9

Sur la côte de l’Antrim, Ballygally est le premier village côtier où je m’arrête. Je m’y suis arrêtée à deux reprises d’ailleurs. La première, sur le parking un tout petit peu avant le village. Afin d’admirer d’un côté la vue sur Ballygally et sa jolie petite plage et de l’autre, les collines verdoyantes.

Le deuxième arrêt, quant à lui, était dans le village, à l’hôtel Ballygally Castle. C’est un arrêt « Game of Thrones » obligatoire pour tout fan de la série. En effet, dans les murs du château, se trouve une porte bien spéciale. La “Doors of Thrones” numéro 9. 

Il existe en tout 10 portes à découvrir dans toute l’Irlande du Nord. Ces portes ont été construites à partir des arbres tombés de Dark Hedges (haut lieu des fans de la série), et représentent chacune l’un des épisodes de la sixième saison. Dans chaque lieu où se trouvent les portes, il est possible de se procurer un petit passeport et de le faire tamponner.

Glenarm

Pittoresque et authentique, voici les deux mots qui me viennent à l’esprit pour décrire le village de Glenarm. En effet, avec ses rues géorgiennes historiques, Glenarm a su préserver son architecture et conserver son charme d’antan. Le village ne compte pas moins de 50 bâtiments classés. 

J’ai particulièrement aimé me promener dans ce village et dans sa marina où une jolie jetée permet d’admirer à la fois la mer et Glenarm.

Le Glenarm Castle que je n’ai pas pu visiter est semble-t-il un petit bijou qui vaut le détour.

La plage de Cushendun

Cushendun est le genre de hameau où le temps semble s’être arrêté.  Situé au bord de la mer, c’est un vrai petit paradis sur terre. Son port, sa plage et ses cottages blanchis à la chaux lui confère un charme fou. Ici, on prend son temps. Le quotidien est dicté par la mer, son rythme et son climat. Les habitants y mènent une vie tranquille.

Ce paysage enchanteur cache non loin de là une grotte vieille de 400 millions d’années « Cushendun Caves » qui a servi de lieu de tournage à la série Game of Thrones.

Torr Head

Je quitte quelques instants la route côtière pour emprunter un petit détour : la Torr Head scenic route. C’est route, c’est un peu comme rouler au cœur d’une carte postale. De fabuleux paysages révélant toute la beauté de l’Irlande du Nord m’entourent. Des collines verdoyantes, ondulant devant mes yeux. Le vert est ponctué de petites taches blanches, des moutons pâturent ci et là. Attention, la route est très étroite par endroit et ne permet pas à deux voitures de se croiser. 

Je me rends jusqu’à Torr Head. En haut d’un promontoire rocheux, le bout du monde ! Avec en face, l’Ecosse qui se dévoile par temps clair. C’est le point le plus proche entre les deux pays.

A 360° autour de moi, des falaises, la mer, la côte sauvage, verdoyante et escarpée, les moutons. Le meilleur de l’Irlande du Nord est juste là !

Fair Head et ses falaises

Fair Head est mon dernier arrêt le long de la Causeway Coastal Route. Une falaise totalement différente des falaises irlandaises habituelles. Cet endroit est reconnaissable grâce à sa paroi striée qui ressemble à des tuyaux d’orgues. Cela est dû au fait que la falaise se compose de strates verticales en dolérite. Ce qui en fait un lieu bien apprécié pour la pratique de l’escalade.

Sur le front de mer, la falaise est totalement dépourvue d’herbe. En revanche, son plateau est un véritable paradis de végétation au vert tendre. Deux magnifiques lacs ont envahi la végétation, apportant une touche sombre et encore plus sauvage.

Différentes randonnées sont possibles au départ du petit parking payant. Elles permettent de découvrir toute la beauté des lieux. Mi-charmantes, mi-hostiles, les falaises de Fair Head sont captivantes. Le spectacle est unique.

Vous ne serez pas étonné si je vous dis que Fair Head a servi de lieu de tournage à Game of Thrones…

Il faut toutefois être prudent car sur le plateau, les vents sont particulièrement forts. Dépourvue de garde-corps, et loin des interventions humaine, le secteur reste dangereux.

The Dark Hedges

La journée touche à sa fin. Le soleil descend rapidement à l’horizon. Avant de rejoindre mon hébergement pour la nuit, je décide d’ajouter une dernière étape : The Dark Hedges.

Ce paysage est devenu emblématique grâce à Game of Thrones (encore et toujours, il faut vous y habituer quand vous visitez l’Irlande du Nord) dans laquelle il sert de décor pour la « Route Royale ».

Cette allée de chênes centenaires est fascinante. Les branches tortueuses des arbres se penchent sur l’allée sous des formes anguleuses. L’endroit possède un côté menaçant, harmonieux et fascinant à la fois. En le découvrant, j’ai immédiatement pensé à la scène dans Blanche Neige où elle s’échappe dans la forêt et que les branches des arbres cherchent à la freiner.

Dark Hedges est un petit paradis pour les photographes, les jeux d’ombres et de lumières sont singuliers et crée une atmosphère bien particulière.

Les tempêtes et les maladies sont passé par là, certains arbres ont dû être coupés (ils ont été utilisés pour la création des Game of Thrones door). Cela n’enlève en rien le charme des lieux.

Une légende et de nombreux locaux racontent avoir déjà vu sur le site la « Lady Grey », une apparition fantomatique qui hanterait les lieux. Silencieuse et vaporeuse, elle glisserait le long de l’allée…

Jour 4 : Giant’s Causeway, la Chaussée des Géants

Une nouvelle journée se lève en Irlande du Nord. Aujourd’hui, je laisse la voiture pour une belle randonnée le long des falaises de la Chaussée des Géants. 


Au départ de Bushmills, je me rends au parking du Centre d’accueil de la Chaussée des Géants. Un guide de Away a wee walk m’y attend pour m’accompagner lors d’une randonnée unique aux vues époustouflantes.

Après quelques explications sur la randonnée que je vais faire, c’est parti ! Nous prenons le bus juste en face du centre. Quelques minutes plus tard, me voici face au légendaire château de Dunluce, d’où va commencer mon aventure du jour.

Le château de Dunluce

Sur un promontoire escarpé, se dressent les ruines du château de Dunluce. Les quelques murs encore debout témoignent encore de l’imposante et magnifique structure médiévale qui s’y tenait jadis.

La pierre est encore imprégnée des nombreuses histoires, qu’elles soient romantiques ou tragique, qui se déroulés ici entre les clans McQuillan et MacDonnell. 

Si vous avez regardé Game of Thrones, vous aurez sûrement aperçu ce château dans l’un des épisodes de la série. Il s’agit d’une modélisation 3D fidèle à dont le château ressemblait à l’époque.

Les falaises de la Chaussée des Géants

Durant toute la balade, environ 8km de long, je me promène au bord des falaises de la Chaussée des Géants. J’y croise peu de monde, et je profite de magnifiques vues sur la mer, les prairies et bien évidemment les falaises, somptueuses, épiques et romantiques à la fois.


À chaque tournent je m’émerveille, trouvant la vue encore plus belle que quelques pars en arrière. Je n’arrête pas de me retourner pour voir également à quoi le paysage ressemble derrière moi et j’en reste souvent le souffle coupé.

C’est randonnée est une belle façon de découvrir authentiquement la Chaussée des Géants. En en apprenant plus sur la géologie des lieux, sa flore et bien évidemment, ses légendes.

La Chaussée des Géants

La Chaussée des Géants est une merveille géologique formée de plus de 40’000 colonnes de basalte emboitées les unes dans les autres. Ce site magnifique est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. En plus de sa beauté, ce lieu est un véritable portail entre le présent et le passé. En effet, ces intrigantes colonnes sont des vestiges de près de 60 millions d’années qui témoignent de l’activité volcanique qui a eu lieu. La Chaussée des Géants est le résultat du refroidissement et de l’érosion de nombreuses coulées de laves successives.

La légende de
Finn McCool

En Irlande, derrière chaque fait se cache une légende. La Chaussée des Géants n’y fait pas défaut. 

La légende raconte que Finn McCool, un géant irlandais, cherchait la bagarre avec son homologue écossais Benandonner. Les deux géants se détestaient et se querellaient sur leur force. Un jour, Finn McCool se sentit si insulté qu’il décida de construire une chaussée afin de lier l’Irlande du Nord à l’Ecosse et invita ainsi Benandonner à une confrontation directe.

Lorsque Finn vit son ennemi Ecossais approcher, l’immensité de ce dernier effraya l’irlandais qui alla se réfugier à l’intérieur de sa maison. Sa femme eut l’idée de le déguiser en bébé. Lorsque Benandonner vit la taille du bébé, et redoutant celle du père, il s’enfuit en courant, détruisant ainsi le chemin qui unissait les deux rives. Si vous regardez bien, vous verrez d’ailleurs l’une des chaussures géantes de Benandonner qui traine encore sur les lieux (L’une des grandes roches).

Portrush et sa plage de sable

Il est temps de reprendre la route et de dire au revoir à la Chaussée des Géants pour me rendre à Derry-Londonderry.