Croisière mythique sur le Nil à bord du Steam Ship Sudan

Louxor, Égypte le 29.08.22. 

Les rayons du soleil chauffent ma peau. Une douce brise s’engouffre dans mes cheveux. Le ronronnement du moteur à vapeur me parvient aux oreilles comme une douce mélodie. Je ferme les yeux, profitant de cet instant hors du temps mais les réouvre rapidement, pour ne rien manquer des magnifiques paysages qui défilent devant moi. Le Steam Ship Sudan navigue sereinement sur les eaux du Nil comme un mirage.

Une croisière sur le Nil à bord du Steam Ship Sudan

Après avoir découvert le bouillonnant Caire, et réalisé un rêve en me trouvant au pied des pyramides de Gizeh. C’est un autre souhait qui m’était cher depuis quelques années qui est également devenu réalité. J’ai passé 5 jours au rythme du Nil à bord du mythique bateau, le Steam Ship Sudan.

Il y a des voyages qui vous touchent au plus profond de votre cœur. Cette croisière sur le Nil est l’un deux. Un voyage hors du temps qui m’a semblé à de nombreuses reprises être irréel. Un voyage incroyable, à bord du plus vieux bateau à vapeur du Nil, qui m’a amenée à la rencontre de l’Égypte, de son histoire pharaonique, des moments authentiques gravés à jamais dans ma mémoire.

Il était une fois le Steam Ship Sudan

Une croisière sur le Nil est une expérience incroyable. Une croisière sur le Nil à bord du Steam Ship Sudan est inoubliable. Un voyage mémorable à bord d’un bateau hors du commun.

Créé par le visionnaire Thomas Cook, c’est en 1921 que le Steam Ship Sudan est mis à l’eau. De 1922 à 1935, le Sudan vit au rythme du Nil et de ses nombreux passagers. Diplomates, archéologues, hommes d’affaire… le monde se précipite à son bord. Cependant, le navire bientôt centenaire n’a pas que coulé des jours heureux à voguer sur les flots du Nil. 

La Seconde Guerre Mondiale annonce la fin du tourisme en Égypte. Le Sudan, se retrouve alors à quai pendant une cinquantaine d’années. Il reprendra du service au début des années 90 avec le retour du tourisme dans le pays avant d’être à nouveau laissé à l’abandon.

Il faudra attendre les années 2000 pour que le Sudan reprenne le cours de son histoire et celui du Nil sous la houlette de Voyageurs du Monde. Le bateau est remis à l’eau après d’importants travaux qui lui ont redonner son cachet d’antan.

Mort sur le Nil

Adolescente, je dévorais les polars. À l’âge de 13-14 ans, j’ai même écrit une nouvelle policière qui m’a permis de remporter un concours d’écriture. Le célèbre livre « Mort sur le Nil » d’Agatha Christie faisait bien évidemment partie de ma collection et de mes références en la matière.

C’est en 1933, que l’écrivaine accompagne son mari alors en mission archéologique, à bord du Steam Ship Sudan. C’est lors de ce voyage qu’Agatha Christie aurait trouvé l’inspiration de son roman légendaire : « Mort sur le Nil ».

Le Steam Ship Sudan a d’ailleurs servi de lieu de tournage pour le film adapté du livre en 2004 avec Emily Blunt.

Au rythme du Nil

Prendre part à une croisière à bord du Steam Ship Sudan c’est comme remonter le temps en même temps que le Nil et se laisser porter au rythme des roues à aubes. Jour après jour, les multiples visages de l’Égypte se dévoilent l’un après l’autre au bord des rives du fleuve mythique.

Du temple de Louxor à celui de Philae, en passant par ceux d’Abydos, de Dendérah, de Qena ou encore par la Vallée des Rois, le Steam Ship Sudan vogue paisiblement à la découverte de la riche histoire des pharaons.

D’une rive sauvage à une autre, l’Égypte se révèle à travers des paysages luxuriants et des scènes de vie. D’un côté, des enfants se baignent, rigolent, crient et nous font signe. De l’autre, des barques flottent avec à leur bord des pêcheurs au travail. La faune est riche, oiseaux, ânes, bœufs, se partagent les bords de la rivière. 

Ce sont de véritables tableaux qui se présentent continuellement sous mes yeux, comme entourés par les épais rideaux flottent au grès du vent. Les couleurs et les lumières sont douces et apaisantes, rendant le voyage encore plus merveilleux.

La vie à bord

Un voyage à bord du plus vieux bateau à vapeur du Nil se vit aussi doucement que ce dernier vogue sur les flots. Ici, le temps semble s’être arrêté dans les années 30. À tout moment, je m’attendais à croiser la silhouette d’Hercule Poirot ou d’Agatha Christie au détour d’une coursive sentant bon la cire. 

Sur le sun deck des fauteuils et chaises longues en palme tressée invitent à la détente. C’est d’ailleurs ici que j’ai passé la plupart du séjour, hypnotisée par les paysages qui défilaient devant moi. De vrais moments de sérénité. 

Malgré les grosses chaleurs de la journée, il y’avait toujours un petit peu d’air nous permettant de profiter agréablement des lieux. Un membre de l’équipage, n’est d’ailleurs jamais bien loin pour être à notre petit soin et nous rappeler de faire attention au soleil et nous amener de l’eau.

Le salon-bar et son ambiance feutrée est lieu de rendez-vous après le repas pour profiter des beaux livres de la grande bibliothèque accompagné d’un petit verre. De l’autre côté, le restaurant n’a rien perdu de son charme. Le parquet grince, les vitre sont gravées dans un style Art Nouveau. So année 30 ! J’adore !

J’arpente le Steam Ship Sudan de long en large. De la poupe à la proue et vice versa. J’observe les matelots lustrer le teck du pont, les mécaniciens remettre de l’huile sur les pistons du moteur. Je ne me lasse pas une seconde de ce séjour. Je m’imagine à la belle époque, les silhouettes drapées de longues robes ou portant des grands chapeaux se croiser sur le pont. J’observe chaque détail. Les vieux téléphones accrochés aux murs, la boite aux lettres en laiton ou encore les vieilles photographies qui décorent les parois.

Reine Victoria

Parmi les dix-huit cabines et les cinq suites, nous avons eu la chance de passer notre croisière dans la suite Reine Victoria, située à la poupe du bateau, sur le pont supérieur. Une chambre tout en rondeur, dont la moitié des parois est entièrement vitrée. Laissant ainsi le Nil et ses rivages se glisser dans la chambre. 

La chambre restitue à travers les boiseries chaleureuses et laquées, le lit doré, les fauteuils en velours bordeaux et l’armoire japonaise l’atmosphère originelle de la Belle Epoque.

Cette suite tient son nom de la régente de l’empire britannique qui prit le contrôle de l’Égypte à la fin du XIXe siècle.

Les journées entre visites et navigation

Les journées sont toujours divisées en deux parties. Un moment consacré aux visites et l’autre à la navigation. Les réveils se font aux aurores pour profiter un maximum des sites avant que les touristes n’arrivent et que la chaleur ne soit trop intense. 

Le Steam Ship Sudan est comme un cocon de douceur et de sérénité en comparaison des villes égyptiennes où les klaxons résonnent, et où la poussière flotte dans l’air. Entre chaos et silence, des ambiances diamétralement opposées et pourtant si complémentaire.

Le retour à bord, se fait toujours avec un accueil rafraichissant : une serviette imbibée pour se rafraichir et se défaire de la poussière, ainsi qu’une délicieuse limonade ou d’un karkadeh’ –  un thé froid à l’hibiscus. Un délice.

À 17h précises chaque jour, c’est l’heure du Tea Time sur le pont supérieur. Les membres de l’équipage, vêtus de tunique rouge et coiffés d’un fez servent l’iconique thé à la menthe, accompagnés de biscuits savoureux.

Un équipage, comme une famille

Durant toute cette croisière, les membres de l’équipage sont au petit soin. Toujours là pour offrir un sourire, être sûr que tout se passe bien pour nous. Il règne entre chacun d’eux une complicité et une bonne humeur contagieuse. Tout le monde nous met à l’aise et un sentiment d’appartenance à cette famille recomposée qu’est l’équipage du Steam Ship Sudan nous envahit immédiatement.

Un rêve éveillé

Alors que le Steam Ship Sudan s’approche d’Assouan, mené d’une main de maître par le capitaine du bateau, différentes émotions m’envahissent. En premier, un sentiment d’accomplissement, celui d’un rêve d’enfant. En second la curiosité des prochaines découvertes qui m’attendent arrivée à Assouan. Et pour terminer, une profonde tristesse de dire au revoir à ce mythique bateau et son équipage hors du commun.

Les mots du directeur de bord, prononcé lors de notre arrivée résonnent alors dans ma tête : 

« A bord du Steam Ship Sudan, vous êtes chez vous. C’est votre maison. Vous êtes nos princes et nos princesses et nous sommes à votre disposition pour vous rendre
ce séjour inoubliable ».

Amir Attia

Je me suis effectivement sentie comme une princesse le temps de ce séjour qui est sans doute l’un des plus beaux voyages de ma vie.

Il y a des voyages qui vous touchent au plus profond de votre âme. Cette croisière à bord du Steam Ship Sudan fait partie des plus beaux moments de ma vie. Un voyage hors du temps qui me semble irréel tellement il fut beau et authentique. J’ai presque du mal à croire que j’ai bien passé 5 jours à bord. Les larmes aux yeux, je me fais la promesse de revenir très vite. J’ai follement l’envie de vivre une nouvelle fois ce rêve éveillé.

Découvrir mes articles sur l’Egypte

Jour 1 : Le Caire, les Pyramides de Gizeh et le Musée Egyptien

Ce reportage a été réalisé à la suite d’une invitation de Voyageurs du Monde que je remercie chaleureusement. Les opinions exprimées dans cet article sont les miennes.

Écrit par
Plus de Valentine
Le Pointu – Le fait maison à l’honneur
Lausanne se métamorphose. De nouveaux endroits à la pointe de la tendance...
Lire la suite